« Au regard de ses œuvres, nous pourrions dire que le travail de Rémi Dal Negro recherche l’effet. Non pas dans un sens spectaculaire, mais comme un lâcher-prise attentif aux actions dont le résultat est toujours en cours de redéfinition. Le mouvement d’air qui anime certaines de ses pièces ne tient pas tant de la dispersion que de la trace d’un passage, d’une empreinte, d’un rapport à l’inscription et au moulage. Il vient souligner les contours soudain rendus visibles et appréhendables d’un phénomène sans substance ni constance... Rémi Dal Negro dessine et travaille l’intervalle et l’écart. [...] Et c’est dans cette temporalité, dans cet entre-deux fragile, que semble s’épanouir sa pratique. »


_

> Ext. Tout ce qui est volatile se solidifie (ne serait-ce qu’un instant) par Raphaël Brunel, publié en 2018 dans le catalogue monographique Rémi Dal Negro, 2006-2018, édition Galerie Eric Mouchet.